Le talent de l’illustrateur Clod est de capter notre attention ! Lui et surtout ses petits vélos qu’il sème ici et là dans ses dessins. Chez Geovelo nous étions curieux d’en savoir plus sur cet artiste, sur ce qui l’inspire et sur son projet d’exposition. 

D’où vous vient ce truc pour le vélo ?

Je suis issu d’un milieu populaire. Chez nous il n’y avait pas de voiture. On se déplaçait en transport et en vélo. J’ai passé mon enfance à circuler en vélo. Je bricolais moi-même mes vélos, souvent fait de pièces récupérées un peu partout. Pour moi le vélo c’est synonyme d’une enfance heureuse et c’est rattaché à un sentiment très fort de liberté.

Dans vos commandes, glisser un vélo c’est … Au hasard ? Selon l’inspiration ? Un jeu ?

Quand je peux glisser un vélo dans mes illustrations de commande, je le fais. Hélas ce n’est pas toujours possible. J’aime beaucoup dessiner les vélos, je trouve que c’est très graphique, des triangles et des ronds, des formes parfaites en quelque sorte. Comme les commandes ne m’en laissent pas assez le loisir d’en dessiner, je le fais dans mes projets personnels. A partir de septembre, je vais avoir une pleine page sur le thème du vélo dans un mensuel, mais je ne peux pas encore en dire plus 😉

Quelles sont vos influences ?

Aussi curieux que cela puisse paraître j’ai mis longtemps à associer le vélo à mon travail d’illustration. Je considérais à tort que c’était deux choses qui ne pouvaient pas se rencontrer. Mes influences graphiques vont donc chercher du côté des illustrateurs tels que Saul Steinberg, Savignac et puis bien sûr Sempé, pour qui j’ai une immense admiration, pour son œuvre en général. Sa poésie, la finesse de son esprit et son sens narratif m’impressionnent énormément. Mais en avançant dans ma carrière, je ressens le besoin de chercher l’inspiration en dehors du monde du graphisme, du côté du vélo en autre. Car je pense que l’on ne peut s’exprimer sincèrement que sur des sujets qui nous touchent vraiment.

Vous vous êtes formé où ?

Je suis autodidacte. J’ai un BTS électrotechnique et après avoir travaillé 8 ans en entreprise, j’ai fait le grand écart pour exercer l’illustration à plein temps.

Dans votre quotidien, vie, y a t’il un vélo ?

Bien sûr ! J’ai un très beau vélo que je prends plaisir à entretenir. J’habite en banlieue parisienne et je ne circule quasiment qu’en vélo. C’est aussi une façon pour moi de décrocher du boulot. Quand tout est « grippé » au niveau inspiration, j’enfourche mon vélo et je vais prendre l’air. Je passe beaucoup de temps à explorer les moindres recoins de Paris et sa banlieue. Cela m’inspire.

Un vélo dans le monde du dessin, de l’illustration cela symbolise quoi pour vous ?

Un vélo dans une illustration, pour moi cela symbolise en premier lieu un sentiment de liberté. Ensuite c’est un signe des temps, cela représente la solution à un bon nombre de problèmes auxquels nous sommes confrontés actuellement (environnement, déplacement, santé, développent économique…) Enfin, je pourrais y voir une forme d’engagement militant, mais ce n’est pas dans ma nature. Je dessine des vélos parce que j’aime dessiner et parce que j’aime le vélo. Et si cela permet d’inciter les gens à enfourcher des bicyclettes, j’en serais très heureux.

Une expo donc bientôt ?

Oui je prépare une exposition « Les petits vélos de Clod » que j’aimerais mettre en place pour octobre ou novembre à Paris. Pour l’instant je cherche un lieu qui accepterait de m’accueillir. Je travaille sur ce projet depuis plus d’un an et je pense qu’il est assez mûr pour être présenté. Dans l’idéal, j’aimerais ensuite faire tourner l’exposition dans différentes villes de France.

A suivre donc ! Et si vous êtes une galerie contactez Clod.

Contact : clodv@free.fr – clod-illustrateur.fr
Twitter : clod_illustrateur @clod_illus Instagram : @clodillustrateur