Tout le monde gagne à développer l’usage du vélo au sein de son entreprise : l’employeur, les salariés et la société tout entière ! Des outils permettent de simplifier cette démarche, parmi eux le Plan de Mobilité est un incontournable. Tour d’horizon de cette solution qui a déjà fait ses preuves.

Savez-vous qu’une personne sur deux habite à moins de 8 kilomètres de son travail ? Et pourtant, bon nombre d’entre elles utilisent leur voiture pour effectuer se déplacement. Un moyen de transport qui est souvent source de stress (congestion, stationnement…). Afin d’encourager l’adoption de nouvelles habitudes de déplacement, chaque entreprise a un rôle majeur à jouer. Le Plan De Mobilité (PDM) est l’outil de prédilection pour y parvenir.

Un PDM, kézako ?

Derrière cette abréviation se cache tout un ensemble de mesures qui visent à faciliter les déplacements des salariés tout en les rendant plus respectueux de l’environnement. Pour une gestion facilitée, il est nécessaire de les consigner dans un document dédié, il s’agit du Plan de Mobilité.

Que vous soyez un salarié ou un chef d’entreprise, soyez force de proposition dans votre milieu professionnel ! Chaque entreprise, quelle que soit sa taille, peut s’engager dans cette démarche. Depuis 2018, elle est même devenue obligatoire pour les entreprises de plus de 100 salariés. L’ancien Plan Déplacement d’Entreprise (PDE) est l’occasion de construire un véritable projet d’entreprise tout en démontrant que d’autres alternatives à la voiture individuelle sont possibles. Du vélo à la marche en passant par l’autopartage et le train, toutes les solutions doivent être considérées. Il permet ainsi d’évaluer, d’analyser et de mettre en place un programme d’actions tout en élaborant un plan de financement et en établissant un suivi. Lorsque l’obligation est respectée, l’entreprise peut bénéficier du soutien technique et financier de la part de l’ADEME.

Le vélo, un moyen de transport du quotidien (Paul Krueger)

Un projet d’entreprise peu onéreux et bénéfique pour tous

Se lancer dans la réalisation d’un Plan de Mobilité n’est pas systématiquement synonyme d’investissements financiers importants. Bien au contraire, les solutions les plus simples sont souvent les plus efficaces. Par exemple, pourquoi ne pas installer un abri pour les vélos s’il n’en existe pas encore ?

Afin d’en garantir une gestion sereine, il est préférable de nommer en interne un chef de projet. Si cela n’est pas possible, n’hésitez pas à faire appel à des experts. Un nombre croissant de consultants sont là pour épauler les entreprises dans ce projet.

Ensemble, on est plus fort

Initier un Plan de Mobilité peut, à première vue, impressionner. Rien de plus normal. Renseignez-vous autour de vous pour savoir si d’autres entreprises riveraines ne souhaitent pas elles aussi sauter le pas. Avec près de 15 000 sites concernés selon les derniers chiffres de l’INSEE, il y a de fortes chances que l’une d’entre elles se situe à côté de chez vous.

Si tel est le cas, un Plan de Déplacement Inter-Entreprises (PDIE) peut s’avérer être la solution idéale. En mutualisant ainsi vos efforts, vous répondrez plus efficacement aux problématiques auxquelles vous et vos voisins êtes confrontés. Les bienfaits d’un tel programme se manifestent très rapidement. Au final, tout le monde y gagne. La compétitivité de l’entreprise augmente grâce à des collaborateurs qui, ayant adopté de saines habitudes de vie, ont un taux d’absentéisme en baisse. Pour l’ensemble de la société, la diminution des émissions polluantes est un moyen efficace d’agir contre les changements climatiques.

Le quartier de la Presqu’île à Grenoble (jyhem)

L’histoire d’un succès : le PDIE Grenoble Presqu’île

Un simple PDE initié dès 2001 par le CEA de Grenoble dans son quartier de la Presqu’île est à l’origine de l’un des PDIE les plus réussis. Son objectif initial était de passer de 75% à 50% la part de personne venant travailler seul en voiture. 20 entreprises ont désormais rejoint ce mouvement. L’application de différentes mesures (création d’une flotte de vélos, aide financière pour les abonnements transports…) fait qu’aujourd’hui 8% des collaborateurs pratiquent l’autopartage, 20% se déplacent en vélo et 50% utilisent les transports en commun. Prochain objectif : faire en sorte que la part modale de l’auto-solo descende en dessous des 20% d’ici 2025.

Le Plan de Mobilité est sans aucun doute le meilleur moyen d’initier une politique incitative en faveur du vélo en entreprise. D’autres solutions s’offrent également à vous. Vous pouvez les découvrir en consultant notre  « guide de l’entreprise cyclo‑accueillante ».

Livre blanc